DRAME DE BEAUCAIRE CES MISÈRES QUE LE FRANÇAIS FAISAIT VIVRE À SON EX-ÉPOUSE SÉNÉGALAISE

L’affaire du double meurtre des enfants Ibrahima et Seynabou, tués par leur père Emmanuel, samedi dernier à Beaucaire, en France, révèle de nouveaux éléments.

Selon L’Observateur, la mère Fatou Kiné Fall avait déposé, en janvier 2018, au moins cinq mains courantes contre son ex-conjoint et deux plaintes pour dégradations (l’une sur la porte de son domicile, l’autre pour avoir crevé les pneus de sa voiture).

Dans sa plainte, elle soutenait que son ex-mari était menaçant, dépressif et suicidaire. Fatou Kiné révélait qu’elle faisait l’objet d’un harcèlement continu de celui qui semblait vouloir la récupérer.

Inquiète, elle aurait adressé un courrier directement au procureur de la République de Nîmes en novembre 2018. Aucune trace de ce courrier n’a été retrouvée au parquet.

Une situation qui a poussé cette femme de 40 ans à demander, au moment où la garde des enfants était examinée par la justice en juin dernier, une expertise psychologique.

Celle-ci a été refusée car, selon une source judiciaire, il n’aurait pas été rapporté la preuve d’un danger pour les enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

× Comment puis-je vous aider ?