La communauté catholique prie pour le père Maccalli enlevé au Niger

La communauté catholique prie pour le père Maccalli enlevé au Niger

Les chrétiens du Niger ont observé trois jours de jeûne et de prière. Une mobilisation en faveur de la libération du prêtre italien Pier Luigi Maccalli. Ce prêtre qui vit depuis onze ans au Niger a été enlevé le 17 septembre à son domicile de Bamoanga au sud-ouest du pays, près de la frontière avec le Burkina Faso, par huit hommes à moto. Il travaillait pour la Société des missions africaines. On ignore où il se trouve depuis.

La cathédrale de Niamey, en ce jour de prière, est remplie de fidèles au terme de trois jours de jeûne pour la libération du père Maccalli enlevé à Bamoanga il y a plus d’un mois. Amidou, un fidèle : « Nous venons juste de sortir de l’église et au cours de cette eucharistie, la dernière prière que nous venons de réciter, c’est par rapport à sa libération. »

Le religieux enlevé est connu de tous ici. Ce fidèle se souvient encore : « C’est vrai que ça nous attriste tous qu’il soit en captivité jusqu’à ce jour. Il est dans sa cinquième semaine de captivité. Nous implorons le père éternel, le dieu tout-puissant, qu’il retrouve cette liberté. »

Les fidèles ont prié et chanté. Madame Elisabeth Seydou garde encore espoir : « Il n’a rien contre eux. Mais nous savons que nous avons l’espoir qu’un jour il retrouvera la liberté des enfants de Dieu, que Dieu nous a promis en tant que chrétien. » Durant ces jeûnes, des messes ont été organisées dans toutes les églises du pays.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.