L’Olympique de Ngor, la fédération ne reconnaît pas les instances installées par le comité ad hoc !

Pour rappel, après la saison de football 2016-2017, un climat délétère s’était installé autour de l’équipe fanion de la commune de Ngor avec comme corollaires, des difficultés pour organiser l’assemblée générale préparant la saison 2017-2018.

C’est sur ces entre faits qu’un comité ad hoc sous l’impulsion du maire a été créé par arrêté municipal le 11 janvier 2018 pour convoquer et organiser l’assemblée générale. Une AG tenue le 18 mars 2018 qui donnera mandat au comité ad hoc sous la direction de Boris Sow, un opérateur économique ngorois dont certaines sources disent très proche du ministre du tourisme Mame Mbaye Niang qui semble-t-il se cherche une base politique à Ngor, de présider aux destinées de L’équipe. D’aucuns ont parlé de deal entre le président sortant Rémy Juteau et le maire de la commune, à quelles fins ? Exit l’ancien comité directeur dont certains membres n’ont jamais manqué à l’occasion de marquer leur désapprobation par rapport ce qu’ils qualifient de raccourci par le maire de Ngor pour avoir une main mise sur l’équipe via un comité ad hoc « fantoche » et parlent simplement d’usurpation. Coup de théâtre, en ce mois de mai, l’ancien président Rémy Juteau rue sur les brancards et accuse le comité ad hoc d’avoir « volé l’équipe ». Il remet en cause la légitimité de ce comité qui à ses yeux n’est que le fruit d’une machination entre la mairie et la sous-préfecture des Almadies qui ont ourdi ce scénario à ses dépens pour le débarquer. Il se dit l’unique président officiellement reconnu par les instances dirigeantes du football sénégalais, la FSF et compte attaquer la décision de l’AG d’installer le comité ad hoc auprès de la cour suprême. Mais, pour un observateur averti de la trame de cette histoire, de cet imbroglio autour de cette équipe, Rémy a « joué et perdu ». Pour lui, l’ancien président était bien de connivence avec le maire pour organiser l’assemblée générale, s’étant senti minoritaire et voyant les choses lui échapper, Rémy s’est rétracté pour jeter l’anathème sur le comité ad hoc. D’autant plus que, pour toujours notre interlocuteur, la décision sortie de cette AG est bien légitime car tous les participants ont montré leur pièce d’identité et carte de membre en règle pour accéder à la salle du King Fahd où se tenait l’AG. Tout compte fait, les récriminations de Rémy trouvent un écho favorable auprès de la FSF qui vient de rendre nulle et non avenue la décision de la mairie de convoquer l’assemblée générale par le biais du comité ad hoc, avec comme pour principal motif : « immixtion manifeste de l’autorité politique locale dans le fonctionnement d’une entité sportive affiliée aux instances dirigeantes du football sénégalais ». Une ingérence du politique qui coûte cher au comité ad hoc. Cette décision de la fédération est-elle irrévocable, peut- elle être attaquée par voie de recours ? La concomitance de cette décision avec les récriminations de Rémy Juteau à l’endroit du comité ad hoc laisse dubitatif nombre de ngorois. Pourquoi ce manque de diligence et de célérité au niveau de la fédération pour prendre une telle décision qui risque de créer plus de problèmes qu’elle n’en résolve. Ramènera-t-elle la sérénité autour de l’équipe ? Si le comité ad hoc est illégitime et illégal aux yeux de la FSF pour diriger l’équipe, que faire des résultats sportifs acquis sur le terrain sous sa direction administrative ?

Aujourd’hui, l’ex comité directeur de l’Olympique de Ngor, rétabli dans ses droits par cette décision de l’instance fédérale convoque une réunion ce mercredi, certainement pour statuer sur la conduite à tenir, terminer l’année sportive et préparer la prochaine AG dans les conditions qu’il juge être « dans les règles de l’art ».

Abdoul Razack SAMBE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Entrez Captcha ici : *

Reload Image