Les pêcheurs de guet Ndar (Saint Louis), une longue histoire tragique avec la mer

La raréfaction du poisson dans les eaux territoriales sénégalaises entre autres conséquences de la sur pêche et du volume toujours croissant de la flotte maritime tant artisanale qu’industrielle a poussé les pêcheurs sénégalais à aller loin, toujours plus loin pour chercher la ressource halieutique. Souvent, jusqu’à atteindre illicitement les eaux territoriales des pays voisins. Un état de fait qui ne finit pas de générer des situations tragiques avec des événements macabres et des destins inédits pour les pêcheurs sénégalais en général et Saint Louisiens en particulier.

De l’avis de L.T, notable saint Louisien établi à Mbour, ces cas douloureux ne sont pas isolés, ils s’inscrivent dans la longue histoire tragique de la saga des intrépides pêcheurs guet ndariens, culturellement liés à la pêche et de manière atavique au poisson. Et, notre interlocuteur d’embrayer sur des cas qui ont marqué son esprit et celui de sa communauté. Avec les décès de pêcheurs St Louisiens du fait des garde-côtes mauritaniens. Une liste macabre : Alioune Fall et Ibrahima Fall de Santhiaba, un vieux quartier de pêcheurs de Ndar, Abdoulaye Gueye, Barra Gueye, Pape Dogo et le dernier en date, Serigne Fallou Sall, survenu le 29 janvier, un fils de Louga âgé de dix-huit ans. De tels faits tragiques survenus dans le nord du Sénégal, à la frontière maritime avec la Mauritanie ne sont pas exclusivement circonscrits à cette partie septentrionale du pays. Selon toujours le témoignage du notable pêcheur saint Louisien, d’autres faits impliquant les pêcheurs guet ndariens disséminés sur presque tous les quais de pêche et toutes les plages du Sénégal ont aussi marqué l’histoire de sa communauté. Des faits inédits et tragiques qui se sont passés à la frontière sud du Sénégal ; entre le Sénégal et les deux guinées : Bissau et Conakry.

Il y’a une dizaine d’années nous dit toujours notre interlocuteur, des pêcheurs saint Louisiens entrés frauduleusement dans les eaux territoriales Bissau guinéennes et surpris par les garde-côtes ont dans leur fuite pris en otage un garde côte qui sera atrocement tué et jeté en mer. La police sénégalaise au courant de cette malheureuse affaire a arrêté toute l’équipage dès son débarquement en Casamance. Équipage qui depuis lors est en prison. Une à deux années de cela, toujours selon la source, des pêcheurs dans leur fuite après leur arraisonnement faute de licence par la marine Bissau guinéenne ont fui prenant en otage un garde-côte qu’ils ont débarqué à Joal ; une affaire sans suite judiciaire, le garde-côte étant seulement rapatrié par l’ambassade de son pays à Dakar. Courant fin mois de novembre, un groupe de neuf pêcheurs saint Louisiens, a quitté Mbour après un passage en Sierra Leone. Entrés frauduleusement dans les eaux guinéennes de Conakry, ils ont été poursuivis et arrêtés par les garde-côtes qui ont pris le capitaine et laissé un des leurs, un officier, dans la pirogue arraisonnée, le temps de faire d’autres rondes. Instant d’inattention dont les pêcheurs sénégalais ont profité pour fuir prenant avec eux l’officier en otage. L’officier qui verra tous ses attributs et étendards de grade et son arme, une kalachnikov ; arrachés et jetés en mer par les pêcheurs délictuels. Une fois arrivés à Mbour après quatre jours de navigation en mer, l’officier sera remis au service des pêches sénégalaises de Mbour qui lui-même le remettra à la police locale. L’officier sera finalement remis entre les mains de l’autorité diplomatique de son pays d’origine pour rapatriement en Guinée Conakry. Après ce forfait, sept pêcheurs sur neuf de l’équipage seront finalement alpagués et déférés au parquet de Thies. Le huitième dut son salut au fait qu’au moment de l’arrestation de ses collègues, il était dans leur pirogue qui mouillait au large. Le neuvième, le capitaine de pirogue Yague Mbaye arrêté et emprisonné en Guinée Conakry fait l’objet d’une quête de solidarité à raison de cinq mille francs par pirogue Saint louisienne établie sur la petite côte pour payer l’amende de trois millions fixée par la partie guinéenne pour obtenir sa libération selon toujours le notable pêcheur saint Louisien. Tous ces faits cités, devraient selon le vieux L.T, pousser les pêcheurs de sa communauté à savoir raison garder et faire preuve davantage de prudence. Il incite également la marine sénégalaise à rester et à patrouiller en permanence le long des frontières maritimes avec nos voisins, surtout avec celles de la Mauritanie pour veiller sur l’intégrité physique des pêcheurs sénégalais en fuite devant les garde-côtes de ces pays limitrophes et assurer leurs possibilités d’exfiltration dans le respect mutuel de ces pays voisins condamnés à vivre ensemble. Tous comptes faits, les frontières maritimes comme celles terrestres entre le Sénégal et ses voisins sont très poreuses et élastiques et, la lancinante question du rapport de bon voisinage et une bonne collaboration entre nos peuples liés par l’histoire et la géographie devraient inciter nos autorités respectives à mieux communiquer et à mieux dialoguer pour pacifier sur terre et surtout sur mer les rapports d’entente réciproque pour que plus jamais les événements tragiques décrits plus haut ne se reproduisent. Pour que nos pêcheurs connaissent leurs limites objectives. Pour que les autorités maritimes des pays limitrophes trouvent des moyens alternatifs outre que tirer sur des pêcheurs en infraction pour la protection de leurs ressources halieutiques.

Foi de vieux notable Saint Louisien qui a blanchi sous les harnais et qui connait la filière pêche dans tous ses acteurs et rudiments.

Abdoul Razack SAMB

2 pensées sur “Les pêcheurs de guet Ndar (Saint Louis), une longue histoire tragique avec la mer

  • 6 février 2018 à 1 h 04 min
    Permalink

    C’est ce genre d’écriture ki me manquer.
    Bravo a
    Abdoul ET à toute l’équipe

    Répondre
  • 6 février 2018 à 1 h 06 min
    Permalink

    Je réclame en temps réel vos infos

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Entrez Captcha ici : *

Reload Image